La poussière retombe tranquillement au lendemain du « Défi 4 4 48 – Courir, de jour comme de nuit, contre la pandémie »… et j’ai l’impression de vivre un deuil. Lire la suite