Un peu plus de 18 heures de course en sentier, ça donne le temps d’être malade et de flatter un orignal, puis d’ingurgiter un nombre incalculable de patates grelots et de compotes à boire. Lire la suite