Ça fait déjà 10 heures que je mets en pratique tous les précieux trucs acquis il y a un mois auprès d’Hélène Dumais. Dont celui de ne pas utiliser les dragonnes de mes nouveaux bâtons en carbone, histoire de pouvoir lâcher prise rapidement si l’un des deux restent pris quelque part. Finalement, dragonne ou pas, ça peut briser pareil, un bâton en carbone. Et juste au moment où j’en aurai le plus besoin, c’est-à-dire avant de monter le mont Sainte-Anne avec déjà 73 km et 3000 mètres de dénivelé dans les pattes. Houston, we’ve got a problem! Lire la suite