Recherche

Un pas à la fois

QMT 100K: l’expérience commence à payer

Ça fait déjà 10 heures que je mets en pratique tous les précieux trucs acquis il y a un mois auprès d’Hélène Dumais. Dont celui de ne pas utiliser les dragonnes de mes nouveaux bâtons en carbone, histoire de pouvoir lâcher prise rapidement si l’un des deux restent pris quelque part. Finalement, dragonne ou pas, ça peut briser pareil, un bâton en carbone. Et juste au moment où j’en aurai le plus besoin, c’est-à-dire avant de monter le mont Sainte-Anne avec déjà 73 km et 3000 mètres de dénivelé dans les pattes. Houston, we’ve got a problem! Lire la suite

Ce que ça prend et d’où ça vient

Qu’est-ce que ça prend pour finir un ultra? Pourquoi suis-je maintenant capable de courir pendant plus de 24 heures d’affilée, alors que je peinais à finir ne serait-ce qu’un demi-marathon il y a de cela trois ans à peine? Et surtout, ça vient d’où? Lire la suite

All in!

J’ai pratiquement toujours été conservateur dans mes ultras. Je pars généralement mollo et j’ouvre la machine vers la fin, si ça va bien. Mais jamais au point de franchir le fil d’arrivée en ayant l’impression que j’ai VRAIMENT tout donné. Samedi dernier, lors du 50K de Bear Mountain, j’avais le goût de faire les choses différemment. Le goût d’y aller « all in » et d’avoir mal. Pour voir ce que je vaux vraiment. J’en ai eu pour mon argent. Lire la suite

Il n’arrive jamais rien pour rien

Shit happens, comme on dit en bon français. Ça arrive, et bien souvent quand on s’y attend le moins. Mais en trail comme dans la vie, il n’arrive jamais pour rien. JAMAIS. Et chaque fois, il faut en tirer les leçons qui s’imposent. Lire la suite

Fuego y Agua 100K: à la fois brutal et magnifique

« You’re stronger than you think. » Tu es plus fort que tu penses. C’est le Suisse Daniel Meyes qui me lance ça, avec son accent à couper au couteau. Lire la suite

La zone de confort

Sortir de sa zone de confort. Se brasser soi-même pour mieux progresser. Pour certains, ça signifie courir plus vite. Ou moins vite. Ou plus loin. Ou plus haut. Pour d’autres, ça consiste à courir plus souvent. Beaucoup plus souvent. C’est ce que j’ai fait: 32 jours d’affilée avec au moins 5 km dans les mollets. Et pour me challenger un peu plus, j’ai terminé ça avec un marathon improvisé. Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑