Recherche

Un pas à la fois

Catégorie

Motivation

Objectifs 2018: mission accomplie!

Se fixer des objectifs un peu fous, qui motivent et font peur tout autant. Prendre les moyens pour les atteindre. Et repousser ses limites, une fois de plus. C’est ce que je fais depuis que je cours en trail. J’ai commencé l’année avec deux gros objectifs en tête: ramasser tous mes points pour l’UTMB et cumuler 100 000 mètres de dénivelé positif. En ce 20 novembre, je peux maintenant dire mission accomplie dans les deux cas. Et je suis content pas à peu près!

Pour être honnête, je ne suis pas seulement content. Je suis vraiment fier de moi! Voilà, c’est dit.

Je suis fier non pas parce que j’ai réussi à faire mieux que quelqu’un d’autre. Parce qu’on va se le dire, il y en aura toujours des plus rapides ou des plus crinqués que moi. C’est tellement facile de se comparer aux autres et de se dévaloriser… Non. Je suis fier parce que j’ai réussi à faire mieux que l’an passé. Encore une fois, j’ai réussi à dépasser MES propres limites. That’s it.

À mes débuts en trail, il y a trois ans, je n’aurais jamais cru ça possible. J’y suis allé graduellement (la plupart du temps), en montant parfois deux ou trois échelons à la fois sans trop me péter la gueule. Et cette année en a été une bonne.

Réussir le Fuego y Agua 100K, en mars, m’a fouetté la confiance pas à peu près. En finissant aussi le QMT100 et le Harricana125, que je me suis dit, j’aurais en main tous mes points nécessaires pour participer à l’UTMB 2019, LE rendez-vous mondial de la course en sentier. J’y suis arrivé. Il ne reste plus qu’à me croiser les doigts pour que mon nom sorte du chapeau, au début janvier.

L’autre objectif s’est imposé de lui-même au fil des semaines. 100 000 mètres de dénivelé positif… Un beau chiffre rond. Pour certains, ça peut paraître beaucoup, 100 000. J’avoue que c’est quand même 100 km à courir vers le ciel, et tout autant vers le bas. Mais j’avais tout de même atteint le cap des 80 000 m l’an dernier, donc la marche n’était pas si haute… Mais par rapport à mes 3000 mètres de D+ cumulés essentiellement sur l’asphalte en 2014, là, oui, il y a une légère différence!

C’est ce que j’aime, la montée. C’est là que j’ai le plus de fun et c’est aussi ma force en trail. Alors pourquoi ne pas me faire vraiment plaisir cette année? Surtout que c’est exactement pour ça que je cours! L’atteinte des 100 000 mètres de D+ s’est donc faite sans trop forcer, notamment à coup d’ultras et de longues sorties dans les White.

Maintenant que mes deux objectifs 2018 sont atteints, je vais pouvoir me reposer jusqu’à la fin de l’année.

Pfouaaaaa! Désolé, je voulais plutôt écrire « jusqu’à la fin de la semaine »… Et encore là, je ne garantis rien!!!

Vivre

« Life begins at the end of your comfort zone. » La vie commence où se termine ta zone de confort. Cette citation me parle. Beaucoup. Et ce qui est embêtant avec les ultras, c’est que les longues distances deviennent de plus en plus confortables, dans mon cas du moins. Lire la suite

Respect, messieurs les 10 présidents!

La traversée de la chaîne Présidentielle est considérée comme l’une des randonnées d’une journée les plus difficiles des États-Unis. Je ne l’avais jamais parcourue au complet. Qu’à cela ne tienne, je m’étais mis en tête de la faire… aller-retour. Question de repousser une fois de plus mes limites… et d’éviter d’avoir à prendre une navette pour revenir à mon auto! Ma tête, mes pieds et la météo en ont finalement décidé autrement. « Adapt or die! » comme le répète mon amie Hélène. Lire la suite

La recette gagnante

À l’approche d’une course importante, plusieurs s’entraînent pendant des mois en suivant à la lettre un plan précis, très demandant, parfois contraignant. « J’ai une sortie de tant de kilos à faire aujourd’hui. » « Je dois faire des intervalles X et Y. » Lire la suite

Ce que ça prend et d’où ça vient

Qu’est-ce que ça prend pour finir un ultra? Pourquoi suis-je maintenant capable de courir pendant plus de 24 heures d’affilée, alors que je peinais à finir ne serait-ce qu’un demi-marathon il y a de cela trois ans à peine? Et surtout, ça vient d’où? Lire la suite

La zone de confort

Sortir de sa zone de confort. Se brasser soi-même pour mieux progresser. Pour certains, ça signifie courir plus vite. Ou moins vite. Ou plus loin. Ou plus haut. Pour d’autres, ça consiste à courir plus souvent. Beaucoup plus souvent. C’est ce que j’ai fait: 32 jours d’affilée avec au moins 5 km dans les mollets. Et pour me challenger un peu plus, j’ai terminé ça avec un marathon improvisé. Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑