Recherche

Auteur

David Bombardier

Ultramarathonien par passion, communicateur de profession. Mon objectif: courir toujours plus loin, un pas à la fois, sans jamais perdre le sourire.

À boutte de la route

Ça faisait vraiment longtemps (lire : trois semaines) que je ne m’étais pas lancé dans un plan de marde. Avec toutes les courses annulées, les trails encore fermées et l’impossibilité de courir en gang, je me suis dit que ce serait une bonne idée de me clancher un 50 km sur route. Question de me changer les idées et de me tester en même temps, tant physiquement que mentalement. Après une vingtaine de kilomètres, j’ai réalisé que ce n’était pas l’idée du siècle. Pour tout dire, je m’emmerdais royalement. Lire la suite

Défi 4-4-48: un succès inattendu… à la grandeur du Québec!

La poussière retombe tranquillement au lendemain du « Défi 4 4 48 – Courir, de jour comme de nuit, contre la pandémie »… et j’ai l’impression de vivre un deuil. Lire la suite

Courir, de jour comme de nuit, contre la pandémie

Sortir de ma zone de confort et repousser mes limites tout en contribuant à une cause qui me tient à cœur, voilà ce que je ferai en fin de semaine. Et vous pourrez y participer vous aussi, à la hauteur de vos capacités physiques et financières. Lire la suite

Une année de moments vrais

À en juger par mon fil Facebook et les derniers jours de 2019 qui s’égrainent à vitesse grand V, c’est l’heure des bilans annuels. Faire le décompte des kilomètres parcourus, des succès de l’année, de ce qui nous rend le plus fier et des épreuves qui nous ont fait grandir. Mon année en a été une de fiertés multiples. Mais, pour la première fois, les chiffres et les fils d’arrivée sont éclipsés par quelque chose de mille fois plus précieux. Lire la suite

Au-delà du 100 miles

Je l’admets d’emblée: j’ai peur. Mon premier 100 miles complété, il y a un peu plus de deux semaines, ne s’est pas déroulé comme je l’imaginais. Je m’attendais… à pire. À bien pire. Et ça me fout la trouille. Lire la suite

Bromont Ultra: un douloureux taper

À moins de trois jours du 160K du Bromont Ultra, j’aimerais écrire que je suis top shape. J’aimerais écrire que je trouve ça difficile d’être en taper. J’aimerais écrire que je me retiens à deux mains pour ne pas aller courir.  Parce que ça devrait être ça. Mais non. À trois jours de ma plus grosse course à vie, la vérité est tout autre. Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑