J’ai pratiquement toujours été conservateur dans mes ultras. Je pars généralement mollo et j’ouvre la machine vers la fin, si ça va bien. Mais jamais au point de franchir le fil d’arrivée en ayant l’impression que j’ai VRAIMENT tout donné. Samedi dernier, lors du 50K de Bear Mountain, j’avais le goût de faire les choses différemment. Le goût d’y aller « all in » et d’avoir mal. Pour voir ce que je vaux vraiment. J’en ai eu pour mon argent. Lire la suite